Lettre de rentrée 2020

M. Franck Lelièvre
Inspecteur pédagogique régional

À

Mesdames et Messieurs les professeurs de
Philosophie

 

LETTRE DE RENTRÉE 2020

 

Souhaitant la bienvenue aux collègues qui entrent dans l’académie et à ceux qui débutent dans le métier, je remercie l’ensemble des collègues pour leur investissement dans leurs missions et la mise en œuvre de la réforme du lycée, malgré le contexte sanitaire que nous connaissons.

 

Cette nouvelle configuration vise en effet à articuler les études des élèves à leur projet d’orientation, à offrir un apprentissage effectif de l’autonomie par le choix des spécialités et la préparation du grand oral et, enfin, une efficacité accrue de l’enseignement de chaque discipline.

 

Par-delà la complexité de leur mise en œuvre et l’ampleur de la tâche, je souhaite donc que vous et la discipline que nous enseignons y trouviez pleinement votre place et que vous puissiez tirer parti des possibilités offertes.

 

En vérité, l’ancrage de l’enseignement de la philosophie dans le tronc commun des études répond à sa vocation de « fonctionnaire de l’universel ». Il est encadré par des programmes classiques dont l’organisation en perspectives, notions, repères et auteurs rend chacun encore plus « responsable de la conception et de la conduite de son cours ».

 

L’enseignement sur deux ans de la spécialité « Humanités, Lettres et Philosophie » peut être, l’occasion d’une initiation progressive et interdisciplinaire aux études philosophiques et littéraires, évaluée par l’écriture d’un essai, forme plus souple mais tout à fait propice à l’apprentissage de la lecture et du commentaire de textes tirés du « domaine des lettres, de la philosophie et des sciences humaines ».

 

Votre enseignement a également toute sa place sur les trois niveaux de « l’enseignement moral et civique ». Leurs programmes ont été profondément remaniés. Ils doivent aider les « élèves à devenir des citoyens responsables et libres, conscients de leurs droits et de leurs devoirs » par l’intermédiaire de « démarches pédagogiques choisies » avec eux.

 

Le « grand oral » veut permettre « au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante, […] de mettre les savoirs qu’il a acquis, particulièrement dans ses enseignements de spécialité, au service d’une argumentation, et comment [ils] ont nourri son projet de poursuite d’études, voire son projet professionnel ».

 

Pour vous aider dans la mise en œuvre de votre enseignement et de ces dispositifs dont la mise en œuvre repose sur votre engagement et votre compétence, vous trouverez sur le site éduscol l’ensemble des textes réglementaires assortis de riches et précieuses ressources.

 

 

 

 

 

 

 

  • Formations et ressources disciplinaires :

« Je marche mieux à mont qu’à val » notait Montaigne. Pour accompagner vos élèves dans leur progression, un ensemble de formation vous seront proposées tout au long de l’année, certaines ayant été retardées par le confinement :

Formations interdisciplinaires par bassins pour les professeurs intervenant en spécialité Humanités, Lettres et Philosophie sur l’évaluation de la spécialité.

Formations en établissement pour l’accompagnement de la mise en œuvre du « grand oral ». Celui-ci n’est pas un exercice pour futurs communicants mais « valorise la solidité des connaissances du candidat, sa capacité à argumenter et à relier les savoirs, son esprit critique, la précision de son expression, la clarté de son propos, son engagement dans sa parole, sa force de conviction. »

Formation continue au sein du plan national de formation :
https://eduscol.education.fr/pid26143/rencontres-philosophiques.html
Et du plan académique de formation pour lequel vous serez informés par un courriel spécifique.

 

Vous trouverez enfin sur vos sites académiques destinés à n’en former progressivement plus qu’un toutes les informations complémentaires. Je remercie leur webmestre.

Je n’ose, pour finir et au vu du contexte, vous souhaiter une bonne année scolaire, cependant la pandémie toujours en cours et ses multiples effets invite à se souvenir de la fragilité mais aussi aux ressources, tant organiques que spirituelles et sociales, de la vie.

 

À la fin d’une conférence célèbre, Henri Bergson affirme que « la joie annonce toujours que la vie a réussi, qu’elle a gagné du terrain, qu’elle a remporté une victoire : toute grande joie a un accent triomphal ». Et il conclut : « partout où il y a joie, il y a création : plus riche est la création, plus profonde est la joie ». Voilà donc le meilleur de ce que je peux vous souhaiter sur le plan intellectuel, pédagogique et professionnel.

 

 

Franck LELIÈVRE

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)