COLLOQUE

« Identité, biologie, droit »

Ce colloque vise d’abord à comprendre la façon dont les avancées biologiques modifient notre compréhension de l’identité humaine.

Comment la notion d’identité est-elle définie et utilisée dans la biologie aujourd’hui ? La théorie classique du soi et du non-soi est-elle remise en cause en immunologie ? Est-elle modifiée par l’importance croissante donnée à l’expression des gènes au détriment d’une identification stricte entre l’individu et son code génétique ?

On abordera également les problèmes que pose l’approche évolutionniste de l’homme, notamment en relation avec la question du genre ou de la préférence sexuelle. On se tournera d’autre part vers les questions juridiques que soulèvent les progrès théoriques et techniques de la biologie et de la médecine. L’idée que la personne ne dispose pas de ce qui lui est assigné de l’extérieur d’elle-même (sa filiation et son identité sexuelle) est-elle véritablement remise en cause aujourd’hui ? L’identité généalogique et sexuelle, mais aussi historique et corporelle relève-t-elle désormais d’une libre disposition du sujet, habilité à changer de sexe, de nom, et à faire un usage contractuel de la filiation ?

L’exploration de ces problématiques nouées autour de l’identité biologique devrait permettre de faire dialoguer sur des enjeux décisifs la biologie, le droit, la philosophie des sciences et la philosophie générale.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)